02/07/2009

Virelles 1

Source du texte: http://www.aquascope.be/

Le domaine de Virelles, c'est avant tout un étang qui occupe la plus grande partie du site: quatre-vingts hectares d'eau libre qui en font l'un des plus grands plans d'eau « naturels » de Wallonie. Pas tout à fait naturel en réalité car il n'a pas toujours existé. Il y a bien longtemps, l'espace était occupé par une cuvette marécageuse traversée par quelques ruisseaux...

---

Les Celtes et les romains les premiers, attirés par les richesses minières de la région, y développèrent la métallurgie qui prit son plein essor aux XVème et XVIème siècles. Quel lien avec l'étang de Virelles? L'énergie, bien sûr, qui était nécessaire au fonctionnement des forges et au travail du fer. Cette énergie, l'eau la fournissait à l'époque: la force hydraulique, développée par une chute d'eau régulière, faisait tourner une roue à aube qui actionnait soufflets et marteaux. Voilà pourquoi les exploitants de la forge de Virelles construisirent en 1580 un barrage en travers du ruisseau Nicolas situé au nord de l'actuel étang, de manière à créer un réservoir d'eau (« le vivis de Virelles ») d'une cinquantaine d'hectares. Vers 1750, une deuxième forge s'installe sur l'Eau Blanche ce qui a entraîné l'augmentation de la superficie du plan d'eau aux quatre-vingts hectares actuels. C'est ainsi que l'étang de Virelles est né.


_DSC4017


Usages anciens

---

À la fin du XIXème siècle, l'activité des forges et des fourneaux est en déclin. En cause: l'épuisement des gisements, la surexploitation des forêts alimentant les forges en charbon de bois, l'apparition de la machine à vapeur, l'utilisation du coke... La retenue d'eau créée par les forgerons perd son utilité première mais acquiert progressivement de nouvelles vocations. Propriété des princes de Chimay, le site fut loué pour la chasse et la pêche. Les joncs et les saules bordant l'étang ont aussi fourni à une famille de vanniers les matériaux nécessaires au rempaillage des chaises et à la fabrication de paniers, de corbeilles et de nattes. Les roseaux trouvèrent aussi une utilité: fauchés par les habitants des villages avoisinants, ils procuraient des tiges vigoureuses utilisées pour la confection de toits, de huttes ou servaient de litière pour le bétail... Toutes ces activités anciennes, préindustrielles, artisanales ou agro-pastorales, ont contribué à façonner le paysage actuel de l'étang et à créer des habitats de choix pour plusieurs espèces d'animaux et de plantes remarquables.
Aujourd'hui, ces activités ont cessé et le produit de la fauche annuelle des roseaux reste sans utilisation. L'association cherche des valorisations possibles de cette matière abondante.

---

Virelles plage

--- 

L'avènement du tourisme de masse à partir des années quarante et jusqu'au début des années quatre-vingts fragilisa fortement les équilibres naturels du domaine de Virelles. Au fil des ans, des infrastructures d'accueil ont été construites, des plages pour la baignade ont vu le jour, le bord de l'étang a été bétonné pour faciliter l'accès au lac des barques, pédalos, voiliers et canots à moteur... Autant d'infrastructures, autant d'atteintes portées à la nature par les gestionnaires touristiques de l'époque. Le paroxysme fut atteint lorsque, dans les années septante, des herbicides furent déversés dans l'étang afin d'éradiquer la végétation qui entravait les activités nautiques. Résultat: disparition des plantes et des oiseaux, régression des roseaux et mortalité importante des poissons de l'étang.


_DSC4075


Le nouveau visage de Virelles

---

En 1981, le site cherche un nouvel acquéreur. Divers projets de lotissements et d'aménagements touristiques voient le jour et menacent à nouveau l'étang qui, malgré les atteintes portées au milieu naturel par plusieurs dizaines d'années de tourisme à outrance, est toujours considéré comme une zone humide d'importance majeure en Wallonie. Trois associations de protection de la nature entrent alors en jeu: la Société d'études ornithologiques Aves, les Réserves naturelles et ornithologiques de Belgique (RNOB) et le Fonds mondial pour la nature (WWF) unissent leurs efforts pour louer le domaine. Le conseil de gestion du site naturel de l'étang de Virelles est ainsi constitué. Fortis (à l'époque Générale de Banque), sensible aux arguments des naturalistes accepte d'acheter en 1985 le site et de céder sa gestion aux trois associations par un bail emphytéotique de nonante-neuf ans. Épilogue heureux d'un parcours semé d'embûches...

---

Un projet de taille

 

---

Depuis le 2 avril 2004, le site s’est doté d'un projet de taille: celui de l'Aquascope. Ce projet a compris l'ouverture d'un Centre d'Interprétation de la Nature mais également la restauration des berges de l'étang. Aménagées pour les activités touristiques de l'époque, les berges de béton se révélaient fort peu accueillantes pour la faune et la flore de la réserve. Un remodelage complet en berges naturelles accentuant 'l'effet de lisière' (lagunes, îlots, berges abruptes) a apporté une croissance rapide de la variété d'espèces observées. Un pas en avant par un retour vers le passé en quelque sorte...

 L'Aquascope est un pari ambitieux: allier tourisme et protection de l'environnement. Il s'agit de garder l'affectation touristique du site mais de réduire son impact sur le milieu et de la mettre au profit de la sensibilisation.

Aujourd'hui, les services de conservation et de sensibilisation unissent leurs efforts pour contribuer tant que faire se peut à la préservation de l'environnement au sens large.

30/06/2009

Virelles 2


_DSC3999


_DSC4009


_DSC4024


28/06/2009

Virelles 3

_DSC3975

 



_DSC3977

 


_DSC3954

26/06/2009

Moustier-en-Fagne

Moustier en Fagne, un des plus petits villages du Nord de la France, à proximité de Trélon, connu pour le prieuré Saint Dodon abritant des soeurs bénédictines olivétaines.

Leur particularité, la confection d'icônes.

Les textes sont des extraits du site:

http://www.moustier-en-fagne.net/

 


 

_PAY2015


 _PAY2042


 _PAY2041


 La "Maison espagnole" du XVIème siécle ou "Notre Dame des Prés".


_PAY2037


 

 _PAY2038


Village typique du paysage avesnois avec son bocage, ses forêts et la proximité du lac du Val Joly.

Arrosé par l'Helpe majeure qui prend sa source à Bourges (hameau belge situé à 5 kms), son horizon est fermé par une ceinture de forêts: la Fagne de Chimay au nord, le bois de Neumont à l'est, la Fagne de Trélon à l'ouest. Le noyau du village est installé dans le fond de vallée à proximité immédiate des prés humides de l'Helpe-Majeure.


_PAY2035

24/06/2009

Chambre d'hôtes - Baives

Durant mon week-end en Avesnois et dans la botte du Hainaut, j'ai choisi une chambre d'hôtes "les prés de la Fagne à Baives (France).

Un endroit rempli de charme, 5 chambres, des animaux,un étang,.. et un accueil bien sympathique.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus:

http://www.chambres-nord.fr/


_PAY2051


_PAY2046

 

22/06/2009

Balade dans les fôrets de la Fagne et de l'Avesnois.

Région de fagne, de bocages, de fôrets, que ce soit en Belgique (fagne de la botte du Hainaut) ou en France (Avesnois) cette région est réputée pour ses promenades.


_PAY2065


_PAY2067


Ces trois photos ont été prises dans la fôret située entre Macon et Momignies (Belgique).


_PAY2071

 

21/06/2009

Lompret (Chimay)

Dans la région de Chimay, que ce soit d'un côté ou de l'autre de la frontière qui sépare encore un peu la France de la Belgique, se trouvent de très beaux villages.

Petit village situé dans un méandre de l'Eau Blanche, le site de Lompret est occupé depuis les époques les plus reculées comme en témoignent de nombreuses découvertes archéologiques. Son noyau architectural le plus ancien remonte à un château féodal détruit en 1640 et implanté à l'extrémité d'un éperon rocheux. Les maisons typiques en calcaire gris clair des XVIII et XIXe siècles rappellent le savoir-faire des habitants de jadis.

source: http://www.beauxvillages.be/fr/v2/default.asp?iId=KGMFJ


_PAY1970


_PAY1967

 


_PAY1972

19/06/2009

Visite guidée du Château de Chimay

C'est la Princesse Elisabeth de Chimay en personne qui accueille le visiteur et qui avec une jovialité et une gouaillerie étonnante vous fait visiter son chateau en émaillant cette visite d'une quantité d'anecdotes et de petites histoires inscrites dans la grande Histoire.


_PAY1994


_PAY1984


_PAY1998


_PAY1997


La princesse Élisabeth de Chimay, princesse de Caraman, est une princesse en Belgique née Marie Elisabeth Marthe Antoine MANSET à Bordeaux le 20 mars 1926, fille de Octave Manset et de Marie-Charlotte Guestier, héritière des plus grandes familles bordelaises de négociants en vins. Après la mort tragique de ses parents (accident de voiture, 1939) puis de son frère Edouard (1940, tué par les Allemands), et après la guerre elle épouse en 1947 le Prince Élie de Riquet, prince de Chimay, prince de Caraman, descendant pour sa part de l'une des plus anciennes principautés du Saint Empire Romain Germanique. De son mariage avec le Prince Elie, elle a eu trois enfants : Philippe, actuel prince de Chimay, Marie-Gilone et Alexandra. La princesse Élisabeth de Chimay consacre sa fortune au maintien du patrimoine familial des Chimay, et assura la gloire du Château de Chimay par un festival de musique de renommée internationale (1957-1980) dont elle garda la présidence jusqu'après la mort du prince Élie en 1980. Dame d'honneur et familière de la reine Fabiola de Belgique, la princesse Élisabeth de Chimay est aussi la conservatrice des archives remarquables du château.

 

Elle est l'auteur de deux ouvrages : l'un, sur Madame Tallien, qui fut Princesse de Chimay, intitulé La Princesse des Chimères, Plon, 1992 et l'autre, une autobiographie, intitulée La Fin d'un siècle, Perrin, 2001.

source:wikipedia


 _PAY1985


Théâtre du château.

Les seigneurs de Chimay, Princes de Chimay depuis 1482, dominent cette région depuis 1241. Leur château était presque entièrement détruit lors d'un incendie en 1935, sauf le théâtre, à proximité duquel on a construit un nouveau bâtiment en style Henri IV. Le théâtre a été construit sur la demande de JosephII, 16ème Prince de Chimay, qui était ambassadeur du nouveau royaume de Belgique. C'est également sur son initiative que les moines trappistes ont fondé la célèbre abbaye de Scourmont. Le Prince confie la construction de son théâtre en 1861 à l'architecte et scénographe Charles-Antoine Cambron (1802-1875) qui apporte les plans du premier théâtre de château de Fontainebleau détruit dans un incendie en 1856. Il crée à Chimay une nouvelle variante de ce théâtre français: un véritable joyau sur la couronne des théâtres belges. Le bâtiment est achevé en 1863. Il offre une capacité de 200 places et tient lieu de temps à autre de salle de concerts.

source: dépliant "Route européenne des théâtres historiques"

 


_PAY1987


_PAY1988

17/06/2009

Château de Chimay

_PAY2006


Déjà en l'an 1000, les vieilles chroniques font allusion à un donjon destiné à veiller sur la vallée de l'Eau Blanche. Celui-ci sera le point principal autour duquel va s'édifier le Château de Chimay.
Le donjon, avec ses voûtes surbaissées, demeure la plus intéressante partie architecturale. La façade porte encore les cicatrices laissées par l'emplacement des glissières soutenant le pont-levis. La Salle des Gardes a conservé ses voûtes anciennes ainsi qu'un pavement constitué de 45 000 ardoises sur champs.

source:

http://www.visithainaut.be/informations/attractions_touri...


_PAY2004


_PAY2000

 

16/06/2009

Chimay

_PAY1981


Chimay est le berceau des Princes de Chimay.

Chimay est située sur la Bande calcaire de la Calestienne. Ce sont des terres propices à la culture, défrichées tôt, bien avant l'époque monastique. Chimay est en effet située dans une grande clairière, ouverte dans la forêt ardennaise.

Plus au sud, la clairière a été agrandie à l'époque monastique, vers les terres plus pauvres de la retombée nord du plateau de Rocroi ; Ces terres étaient surtout dévolues à l'élevage et à des cultures pauvres, comme le seigle. Aux XVIIIe et XIXe siècles, des fermes créées par des entrepreneurs individuels ont poursuivi ces défrichements, encouragées par l'État.

La ville abrite le château des princes de Chimay où demeure la Princesse Elisabeth de Chimay, et la collégiale Saints Pierre et Paul.

Non loin de là se trouve le lac de Virelles, d'un grand intérêt ornithologique.

Mais Chimay est principalement connue grâce à l'abbaye Notre-Dame de Scourmont, toute proche (à Forges), où des moines cisterciens trappistes fabriquent de la bière et des fromages.

La bière de Chimay, rouge, bleue ou triple est obtenue par un procédé de fermentation haute (à plus de 20°C) et subit une seconde fermentation en bouteille. Elle n'est pas pasteurisée.

Chimay est jumelée avec Conflans-Sainte-Honorine (France) qui se situe au confluent de l'Oise, rivière dont la source se trouve à Chimay. La rivière de l'Eau Blanche prend également sa source à Chimay.

(source: Wikipedia)


_PAY1982

 

 

15/06/2009

Avesnois et botte du Hainaut

Début d'un reportage photos sur l'Avesnois (France-nord) et la botte du Hainaut (Belgique), avec Chimay comme ville centrale. Aujourd'huy, le plan d'eau du château de la Motte à Liessies.


Panorama