03/10/2008

Entre Dinant et Hastière

_DSC0357


_DSC0359


_DSC0369


_DSC0373


A PROPOS DE CE ROCHER TRES CONNU EN BELGIQUE:

Extraits de:

http://www.folknam.be/groupes_membres-3-54.html

Voici ce que nous rapporte la tradition dinantaise au sujet de ce rocher: "...montés sur Bayard et poursuivis par Charlemagne, les frères arrivèrent un jour au sommet d'un rocher dominant la Meuse. Le vide et la rivière leur barraient la route. Déjà l'empereur croyait tenir ses ennemis. Mais, soudain, Bayard, frappant le rocher de ses sabots, s'enleva d'un bond prodigieux et alla retomber sur l'autre rive. Les coups de sabots furent si forts qu'une partie du rocher se détacha de la montagne...".

La chanson de geste des "quatre fils Aymon" a connu une grande vogue en pays wallon. Elle aurait été imaginée à la fin du XIIème siècle, probablement par un moine de l'abbaye de Stavelot. En voici les grandes lignes.

Le Baron Aymon de Dordogne, prince des Ardennes, était venu à Paris présenter à l'empereur ses quatre fils : Renaud, Allard, Guichard et Richard.
L'empereur les avait armés chevaliers. A cette occasion, leur cousin Mugis leur avait offert un cheval fée, qui avait le don d'allonger son dos pour pouvoir les porter tous les quatre. Ce merveilleux cheval s'appelait "Bayard".
Pendant leur séjour à Paris, Renaud se prend de querelle avec Bertolai en le frappant d'un coup d'échiquier sur la tête. Après cette querelle qui avait pris brusquement un tour si tragique, les quatre frères durent s'enfuir montés sur leur fameux cheval. Ils regagnèrent leur pays d'Ardennes et s'y construisirent une forteresse : Montessor. Nous sommes obligés de dire que cette forteresse porte plusieurs noms.
Ils croyaient pouvoir y vivre en sécurité, mais l'empereur avait la rancune tenace. Un jour, un pèlerin de passage lui apprît où se trouvaient les proscrits.
Charlemagne aussitôt rassembla son armée et partit assiéger Montessor. Mais le château résista à tous ses assauts. Charlemagne allait-il devoir renoncer ?
Un traître, alors, lui offrit ses services. C'était Hervieu de Lausanne. Moyennant quelques promesses, il se présente seul au château, se disant victime de la tyrannie de l'empereur et demandant asile aux quatre frères, on l'accueillit comme un ami. Mais, la nuit venue, il se glissa le long des murs, évitant les hommes de garde et ouvrit une poterne par où l'armée de Charlemagne entra dans la place. Une fois encore, les quatre frères devaient fuir... Leur fidèle Bayard les emporta vers d'autres aventures. Après deux ans de haine et de poursuites, Charlemagne consentit enfin à faire la paix avec eux...


_DSC0375