17/02/2011

"La Belgique de papa" - Photographies de Charles Henneghien et textes de Julos Beaucarne

 

Petite pause dans la publication du reportage sur Anvers pour vous annoncer une très belle exposition qui se déroule près de chez moi avec un artiste photographe de grande envergure, auteur de nombreux ouvrages. L'exposition a lieu à l'occasion de la sortie de son nouveau livre "La belgique de papa" avec des textes de Julos Beaucarne.

_________

 

photos,fotos,photographie,photographe,belgique,hainaut,exposition,charles henneghien,julos beaucarne,flobecq,2011,exposition,

____________________

Médecin de formation, Charles Henneghien est devenu photoreporter par passion.            Après de nombreuses destinations lointaines (Maroc, Sahara,  Mexique, Guatemala, New York, etc.) il propose ici un retour au pays natal.

En cinquante ans de carrière, entre ses reportages aux quatre coins du monde, il a photographié la grisaille des banlieues de ce petit pays bizarre qu'on appelle Belgique : ses vertes collines, ses noirs terrils, ses indigènes aussi et leurs coutumes parfois étranges.

Les premières images datent des années cinquante : un monde sans GSM, sans ordinateurs, sans télévision, sans supermarché, sans frigidaire, sans chauffage central, sans vacances à la Costa del Sol ou en Thaïlande...  Pourtant, les temps changent. C'est l'époque des blue-jeans et des blousons noirs, des filles qui fument et se teignent en blondes. C'est toute une mémoire collective que réveillent ces images noir et blanc. Après l'euphorie des golden sixties, viennent des lendemains qui déchantent, la fermeture des charbonnages, la sidérurgie en crise, la récession de l'industrie lourde.

Mais c'était aussi le temps des ducasses, des fêtes de quartier et des bals populaires, des parties de cartes et des bistrots à chaque coin de rues. Au village, les familles cultivaient leur jardin. On achetait le lait et le beurre  à la ferme. On vivait porte ouverte. La cafetière était toujours à portée de la main : on s'invitait entre voisins à toute occcasion.

Les temps ont bien changé. Ces images de vie quotidienne de gens ordinaires prennent aujourd'hui valeur d'archives.